top

FAQ

FAQ - Hanche

022 PEUT-ON VIVRE NORMALEMENT AVEC UNE PROTHESE DE HANCHE ?

Oui si l’hygiène de vie est rigoureuse, sans excès de charge, ni chocs trop répétés.
Non si la vie « normale » est celle d’un kamikaze.
L’activité physique est plutôt conseillée car elle entretien le tonus musculaire, nécessaire à la robustesse du squelette. De plus, le jeu articulaire lubrifie naturellement l’articulation synthétique. Une hanche souple s’use donc plus lentement.
Enfin la longévité prothétique passe par la traque aux infections périphériques : dentaires, vésicales, pulmonaires pour les plus courantes.

023 COMBIEN DE TEMPS POUR OUBLIER SA PROTHESE ?

Six mois à un an. Au-delà, seule la musculature peut encore progresser une année supplémentaire, notamment dans un cas complexe (luxation congénitale par exemple).

024 LA PROTHESE SONNE T’ELLE AUX PORTILLONS DES AEROPORTS?

Compte tenu de la masse métallique, la prothèse peut effectivement déclencher les alarmes des portiques de détection. Une attestation du chirurgien permet de franchir ces obstacles sans encombre.

026 FAUT-IL FAIRE DES VISITES DE CONTROLE, MEME SI TOUT VA BIEN ?

Oui, car l’usure n’est pas douloureuse et seul l’examen chirurgical avec radiographie à l’appui permettra, s’il est pratiqué régulièrement, de ré-intervenir avant que les dégâts ne soient considérables. Un couple de friction traditionnel (métal ou alumine sur polyéthylène) peut motiver une revue annuelle. Un couple « dur-dur », métal-métal ou alumine-alumine devrait permettre d’espacer les visites de contrôle (tous les 2 ans).

027 DANS QUELS CAS EST-IL NECESSAIRE DE FAIRE UNE GREFFE D’OS ?

Lors d’une première implantation, une « auto-greffe » peut être nécessaire pour compléter l’assise du composant cotyloïdien (du bassin). Dans ce cas, la tête fémorale du patient lui-même est utilisée.
Lors d’un changement d’implant pour descellement, le recours à des greffes peut être utile pour recréer un environnement osseux propice à l’ostéointégration (la fixation biologique). Dans ces cas on utilisera soit une « allo greffe » (os humain irradié, congelé, ou dénaturé par des solutions), ou un « substitut osseux » (os synthétique).
Dans tous les cas, il ne s’agit pas d’une authentique greffe, en ce sens que seule la trame minérale est implantée puis naturellement recolonisée et transformée en os vivant dans un second temps. Ce temps d’adaptation doit faire différer la remise en charge.

028 L’OSTEOPOROSE EST-ELLE UN INCONVENIENT OU UNE CONTRE-INDICATION A LA PROTHESE DE HANCHE ?

L’ostéoporose est la traduction du vieillissement du squelette. Le phénomène devient pathologique lorsqu’il engendre des fractures quasi spontanées. Pour autant ces fractures consolident comme les autres. Ainsi l’implantation d’une prothèse de hanche sans ciment est parfaitement possible en cas de fracture du col du fémur.

029 QUAND FAUT-IL FAIRE UNE PROTHESE SUR MESURE ?

Lorsqu’aucun modèle de série ne peut convenir.
Un plan pré-opératoire systématique, réalisé à partir de radiographies ou d’un scanner procure une analyse précise de la situation. Une approche attentive de ces cas particuliers (malformations, sévères ou non) permet la réalisation d’un composant fémoral sur mesure, plus couteux et occasionnant un délai supplémentaire, mais garantissant une parfaite restauration articulaire.

030 QUEL EST L’INTERET DE LA NAVIGATION OPERATOIRE ?

La navigation permet théoriquement le contrôle de tous les temps opératoires en limitant le recours à l’intuition. En ce sens, c’est une avancée technologique majeure.
Dans l’état actuel des choses, la navigation reste expérimentale. En revanche la planification pré-opératoire peut être d’une grande utilité au chirurgien, en particulier pour éviter une différence de longueur des membres. Cette planification est un dessin de la hanche prothésée, qui peut être réalisé à partir de radiographies ou mieux encore à partir de coupes scanners en utilisant un logiciel spécifique.
Notons qu’une sensation d’excès de longueur est courante les premières semaines après l’intervention. C’est une inégalité dite « fonctionnelle » liée à la raideur du bassin, qui diminue ou disparait dans le temps.

Pag. (3) : [ 1 2 3 ]