la prothèse de hanche: l'intervention

L’arthroplastie totale de hanche est une intervention bien codifiée qui doit etre effectuée en centre spécialisé

Elle est précédée d’un bilan pré-opératoire complet et d’une planification pré-opératoire.

Dans notre groupe la voie d’abord la plus fréquente est antérieure mini invasive. Dans les cas simples, l’incision mesure 7 à 8 cm de longueur.

L’anesthésie peut être générale ou loco-régionale (rachi-anaesthésie).

En salle opératoire, le personnel médical et para-médical procéde à la préparation de l’intervention : positionnement, calage, mise en place de la plaque de contact du bistouri électrique, désinfection de la zone opératoire, mise en place de draps stériles.
La zone d’incision est finalement recouverte d’un film plastique adhésif stérile qui, incisé avec la peau, permet d’isoler la cicatrice.

En respectant autant que possible l’appareil musculaire, la capsule articulaire de la hanche est ouverte. La tête fémorale peut alors être luxée et retirée. La cavité cotyloïdienne est creusée avec des fraises métalliques de taille croissante jusqu’au diamètre prévu par la planification. Puis la cupule est mise en place le plus souvent par simple impaction.

Le second temps opératoire est la mise en place de la tige fémorale. Après préparation du canal au moyen de râpes de taille croissante, la tige fémorale est impactée en respectant la planification préopératoire. Le choix du col et de la tête prothétique, prévus par la planification est validé par les tests de stabilité réalisés avec des implants d’essai.

Après mise en place des implants définitifs, du col et de la tête, un système de drainage (prévention des hématomes) est mis en place dans l’articulation.

La fermeture plan par plan (capsule, muscles, graisse et peau) et la confection d’un pansement compressif garantissent une cicatrice de qualité.

L’étape suivante est la remise à plat dos, un coussin entre les jambes sur le brancard, puis le transport en salle de réveil sous la surveillance de l’équipe d’anesthésie. L’électro radiologiste effectuera si possible une radiographie de contrôle soumise à l’approbation du chirurgien avant d’autoriser le retour en chambre.