la prothèse de hanche: les suites opératoires

Il faut distintinguer 2 périodes post-opératoires:

La phase post-opératoire immédiate

Elle correspond aux 3 premiers jours pendant lesquels le patient est le plus souvent alité.

Au retour du bloc, une perfusion (tubulure intra-veineuse) apporte les liquides nécessaires à l’hydratation et au traitement préventif de la douleur. Le drain intra-articulair et peut être –si nécessaire- relié à un système permettant la récupération sanguine. L’état de santé de l’opéré (tension artérielle, rythme cardiaque, température) est contrôlé par le personnel infirmier. L’opéré reste allongé sur le dos.

L’équipe chirurgicale en fin de programme opératoire informe l’opéré et sa famille du déroulement de l’intervention.

Le lendemain, après les soins infirmiers (prélévement sanguin et toilette) et la visite d’un membre de l’équipe chirurgicale le kinésithérapeute entre en scène. Il met en route la prévention des phlébites par un massage circulatoire et la mise en place de bas de contention. Puis le kinésithérapeute contrôle les premiers mouvements de l’opéré et lui enseigne comment éviter les mouvements luxants.
Durant cette journée et selon les besoins, des calmants sont administrés par voie intraveineuse, toujours sous monitoring (mesure répétée de la tension artérielle, du rythme cardiaque, de la température). Exceptionnellement, les résultats biologiques peuvent conduire à une transfusion.

le deuxième jour (parfois le 3ème), le pansement est changé et le drainage retiré. Le kinésithérapeute aide l’opéré à s’asseoir au bord du lit.

Le troisième jour après les soins infirmiers, la visite médicale et la prévention trombo-embolique, avec l’aide du kinésithérapeute l’opéré effectue ses premiers pas en chambre. Il est soutenu par un déambulateur.

La phase post-opératoire différée

Correspond à la fin du séjour en service chirurgical.

Durant cette période de 3 à 5 jours, l’opéré est guidé par le kinésithérapeute pour acquérir une autonomie progressive avec 2 cannes anglaises. La marche est alternée avec la position assise et le repos au lit.

Les paramètres généraux et biologiques sont régulièrement contrôlés. Les antalgiques sont ajustés aux besoins et un contrôle radiographique est effectué avant le départ. La protection anticoagulante est prolongée pendant toute l’hospitalisation et pour une durée totale de 40 jours.

Lors du départ, un dossier de sortie est rédigé par membre de l’équipe médicale. Il résume l’intervention et ses suites. Un double est adressé au médecin traitant et au centre de rééducation.